Petits plaisirs musicalo-honteux mais pas coupables – clap 4ème

Est-ce que je vais finir par clore enfin cette série sur les chanteurs honteux ?

J’ai dans mes dossiers To do depuis plus d’un an (ce serait donc plutôt tout doux depuis tout ce temps…) ce fameux papi british batteur et la 5ème et dernière étape de cette série d’amours coupables en musique (surprise !!).

On reprend donc la série des artistes que j’aime et que je cite dans les concerts que j’aimerais faire, sans honte aucune.

Après la bubble pop d’une mini-blonde (Kylie Minogue ici), la funky pop à mullet (Hall&Oates ), après la pop orchestrale et reniflante par un garçon esseulé (Christopher Cross ici), voici venu à présent l’homme aux mains d’argent et au cœur en chamallow. J’ai nommé…

Phil Collins !

110909-phil_collins_Neale-Haynes

Ça fait beaucoup pour un seul homme, je l’avoue.

Bon ok, j’ai choisi une photo récente et faut avouer qu’il affiche chic le papi. Et pourtant ça n’a pas toujours été le cas. Parce que le look batteur tee-shirt sans manches poignet de force (un grand classique chez le batteur) ou le début de calvitie en haut doublé d’une nuque fort longue… Philou, c’est le summum du sex appeal.

Instant looks honteux c’est parti !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais d’abord, la minute slow.

J’avoue, je suis une grande fana de cette danse douce. On se colle, on se renifle, on se regarde, on s’emballe avec un peu de chance. Le sommet de la ringardise, le roulage de pelle sur un slow devant les copines et les copains dudit garçon qui vous regardent le regard libidineux, les lèvres, humides à baveuses de désirs dans leur appareil dentaire. Mais que voulez-vous, c’était le meilleur moment de la colonie de vacances et de toutes les fêtes d’anniversaire ! Quand, en plus, on avait droit au quart d’heure américain, alors là, perso, je jubilais.

Comme ça :

Dance dance dance !

Dance dance dance !

Et donc, Phil. Batteur de qualité mais chanteur sans charme.

Et ces deux Phil cohabitent plutôt bien.

Je vous ai mis un paquet de morceaux pour me faire à la fois pardonner de mon absence, pis bah parce que c’était trop compliqué de choisir entre tout ça. Et encore, j’ai pas abordé la période Genesis !

  • D’un côté le chanteur sans charme donc.

Qui a quand même réussi à nous mitonner 2,3 morceaux à faire tomber les minettes ! Et avec des larmes.

All Against The Odds par exemple. Classique.

Surtout ne pas écouter les paroles. SURTOUT si tu veux emballer la mouflette. Parce que les histoires de rupture, ça risquerait de ne pas trop lui plaire.

All Against The Odds – et profitez-en pour reluquer Jeff Bridges dans sa prime jeunesse, c’est cadeau

One More Night

 

  • De l’autre, le batteur/showman qui donne envie, même à un gorille, de se mettre à la batterie avec des morceaux qui te foutent les poils. Attention, ça hurle un peu sur certains morceaux. Il a un côté Adele la touffe en moins, la testostérone en plus.

In The Air Tonight

Easy Lover (en duo avec Philip Bailey) – raaaah l’intro toute en batterie !

… ou des perles « feel good ». Morceaux sur lesquels la « Carlton » est parfaite :

Two Hearts – instant yéyé (ou l’on découvre l’addiction de Philou pour les postiches et autres déguisements)

Sussudio – suite de l’instant yéyé (bon dieu la section cuivres et le clavier très funkys)

You Can’t Hurry Love – fin de l’instant yéyé avec la fantastique reprise des Supremes

Vous en voulez encore, hein ? Ça vous a appâté ? Bon, d’accord, je vous ai fait une petite playlist Whyd. Mais faites gaffe, c’est calorique, faudrait pas abuser avant les fêtes de fin d’année qui arrivent…

Playlist Whyd ici

C’est tout pour aujourd’hui ! Avouez que je ne vous ai pas réveillé pour rien, y’a matière quand même !

La dernière étape de notre voyage sera un retour à la case départ, en Australie. L’atterrissage est prévu à la fin du mois ou en début 2016, si tout va bien. Oui, je ne voudrais pas être trop optimiste non plus… J’ai déjà assez déçu comme ça.

Indice : un groupe qui perd son chanteur, en retrouve un dans un télé-crochet et finalement se résigne à arrêter après la perte du chanteur 1 et de la gloire tout court. C’est un peu alambiqué comme indice, je vous le concède. Mais c’est à mon image, non ? 🙂

Publicités

3 réflexions sur “Petits plaisirs musicalo-honteux mais pas coupables – clap 4ème

  1. Alors là, je dois dire que tu y es allée bien fort avec Philou, mais il y avait carrément matière. A quand une rétrospective parallèle de son pote Peter Gabriel ? Pour une prochaine rubrique « souvenir pas si honteux finalement » ? 🙂
    Sinon on a bien un Philou un peu honteux aussi chez nous, mais il tape sur des bambous et c’est carrément moins glam.
    Quant au prochain épisode en Australie, j’ai bien une idée de qui ça va parler mais tsss pas de spoil !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :