Petits plaisirs musicalo-honteux mais pas coupables – clap 2ème

Salut les ringards, ça va toujours ?

Bonne année d’abord, continuons 2015 avec espoir.

Moi je suis ravie de vous retrouver pour le n°2 de cette petite série musicale-honteuse. Elle a fait parler, pas les morts mais mes copains et j’ai pu constater que la honte était partout. Comme l’eau, elle s’insinue dans les moindres recoins, même musicaux. Mais comme le disait la pub, c’est bon la honte.

Alors voilà, on continue notre voyage (non Désireless, rentre chez toi) avec un virage vers les USA des années 1970-80 avec… Là, je balance du lourd…. Vous aurez de tout : lecture, vidéo, son, photo. Parce que c’est un groupe qui me tient à coeur.

 

Hall & Oates !

hall-and-oates-famous-picture

Hello la moustache, hello le mullet !

 

Je ne vous ferai pas le récit biographique du groupe (duo de Philadelphie, inventeur d’un style « rock’n soul » blabla) mais sachez qu’ils ont été sacrément populaires aux US pendant une bonne quinzaine d’années. Et que malgré une traversée du désert, ils sont redevenus à la mode, réhabilités par le monde musical un peu plus indie.

Mais je ne plaisante pas : ces deux-là font partie de la culture populaire américaine au sens noble du terme. Mais vraiment. 

Ils ont été une énigme pour moi pendant des années. Cités à tout bout de champ dans la moindre série américaine depuis les 90’s, des Simpsons en passant par les séries cools ou films (soit par un morceau soit par une allusion au groupe), je ne comprenais pas s’il fallait en rire ou en pleurer. Jusqu’à ce qu’enfin, je me décide à aller chercher sur internet le pourquoi du comment.

 

Et voilà que je tombe sur : 1 moustache (Oates) + 1 regard bleu piscine (Hall) + 2 brushing sur 2 magnifiques spécimens de mullets qui nous donnent 1 duo expert de la pop 80 estampillée « cheesy » (dégoulinante comme un vieux claquos).

Des disques d’or à la pelle, des tubes dans le Top 10 américain, des concerts triomphaux à travers les US. Mais pas plus loin ! Bizarrement, leur succès ne semble jamais avoir dépassé l’Amérique et le monde anglo-saxon. Et pourtant, ça balançait grave ! Une pop mêlant r’n b et hard rock nous apprend Wikipedia. Mouais… J’aurais plutôt parler de soul Motown et de pop beatlesienne. Mais bon.

Et j’ai tout aimé. Même la moustache. Enfin, SURTOUT la moustache (et j’ai pas attendu 2010 pour ça). Faut dire qu’esthétiquement parlant, Hall and Oates, c’est du pain béni pour les fans du style crypto-gay des 70’s (kassdéd à ma chère Latchetch). Ils ont collé à leur époque pour le plus grand plaisir de nos yeux d’aujourd’hui. Un petit slideshow ?

Du glam, du décolleté profond (et encore, je vous ai épargné Oates torse poil façon AC Slater de la pop), des lunettes de mouche, de la permanente top caniche. Les coiffeurs-maquilleurs ont trouvé chez eux de quoi s’éclater. Niveau look, c’est Miami Vice, vestes croisées à épaulettes-pantalons à pinces bien larges dans des coloris chelous ou bien assumés « virilité pop ». Hum…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Et un vibrant hommage à leur gay style avec cet article: http://pajamasandcoffee.com/entertainment/11-gayest-pictures-of-hall-and-oates/

Après cette épopée glam-rock dans les 70’s, ils adoptent un style plus classique 80’s avec lesdits costumes trop grands, les débardeurs, les jeans moulants. Ils sont pile dans la mouvance MTV.

hall-and-oates-breaking-MTV

Mais au-delà de l’aspect purement esthético-kitsch, il faut vraiment s’attarder sur le talent musical des 2 cocos. Des tubes croisant savamment soul et pop, des morceaux qui naviguent encore régulièrement aujourd’hui entre « Top 100 des meilleurs morceaux des 70’s et 80’s » et « Top 100 des morceaux les plus ringards des 70’s et 80’s ». La frontière est mince parfois. Sauf que Hall&Oates sont des artistes reconnus depuis un bail et ont même inscrit leur mullet dans l’antre du très célèbre et respecté Rock Hall of Fame. Pas rien quand même comme reconnaissance, non ? 

Depuis, je me délecte de toute allusion à Hall & Oates dans le moindre film ou interview. Car après une traversée du désert (la moustache, ça clive quand même…), ils ont enfin été réhabilités :

  • célébrés avec le tube bisounours yéyé « You Make My Dreams Come True » par un Joseph Gordon-Levitt sautillant dans le film si pop, si primesautier « 500 days of Summer »  500 Days Of Summer – You Make My Dreams
  • multi-repris par The Bird and The Bee, The Red Hot Chili Peppers etc,
  • mentionnés ou crédités notamment encore pour des tubes dans de nombreux films et séries américains (Ron Burgundy, The Office, Beavis and Butt-Head, Hello Ladies, Nip/Tuck, The Wedding Singer, etc.) et même GTA !!

 

Playlist Whyd Hall & Oates

 

Passons aux bijoux de clips !

I Can’t Go For That (No Can Do) – Sobre, noir chic, rien à ajouter, j’adore

 

Dance on Your Knees/Out Of Touch (Live 1985)  visez cette entrée sur scène façon Obama SuperStar ou Johnny Halliday au Parc des Princes 

 

Maneater – ambiance glaçante façon Liaison Fatale

 

Ils font l’objet d’un tel mythe qu’on trouve en plus d’un merchandising de ouf, des trucs aussi improbables qu’une app pour quand on a une envie pressante de Hall & Oates (limite sexuel ce truc…) https://www.twilio.com/blog/2011/12/hall-oates-on-speed-dial-viral-success-powered-by-twilio.html

Hall and Oates, c’est aussi une source intarissable d’inspiration pour une soirée déguisée ou d’Halloween : http://www.brooklynvegan.com/archives/2007/11/people_dressed.html

halloateshalloween2

 

Un vidéo reprenant de nombreux moments de films, séries utilisant « You make my dreams » :

 

Demain, enfin… c’est une figure de style, pas demain hein mais bientôt, on fonce au Sud, Texas mid-80’s (oui, c’est un peu un cliché que toutes mes musiques honteuses viennent des années 80 mais c’est comme ça. Vous remercierez ma soeur.).

Indice : une voix de barbapapa soul enfermée dans le corps de Jack Black

 

Publicités

9 réflexions sur “Petits plaisirs musicalo-honteux mais pas coupables – clap 2ème

    • Hé mais toi non plus tu ne connais pas ? Mais enfin ?! Un monument ce groupe ! Hier soir encore, j’ai revu Starbuck et ils en parlent (ok, ils se foutent de leur gueule mais c’est aussi ça le phénomène H&O :D)

    • Mais c’est pas vrai ?! Au goulag Fnac la Russe ! O_o
      Starbuck, film québécois sorti en 2012 très sympa.
      Allez, cite-moi le nom d’un(e) artiste russe (tout domaine) que tu aimes et que je ne connais forcément pas et on sera quittes 🙂

  1. mais en fait, je connais très bien Maneater ! Je sais pas comment mais il faut croire ! J’ai tout écouté, j’avoue aussi kiffer ! A nous les soirées à la Hall et Oates et Véronique Samson 😉

  2. Pingback: Petits plaisirs musicalo-honteux mais pas coupables – clap 4ème | Une fille à dilemmes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :