Les 5 choses que j’aime à Lyon (s’il fallait choisir absolument)

Crédit : Benzema.artblog.fr/

Clémentine, la fille à Lyon m’a refilé le bébé I heart Lyon et je ne pouvais pas le laisser se noyer dans l’eau du Rhône ou même de la Saône.

N’y voyez pas une opposition Paris-Lyon (« Paris ! Paris ! On t’em….brasse » comme dirait mon gentil hooligan de collègue). Si j’ai choisi de comparer Lyon à Paris, c’est plus par rapport à mon parcours personnel. J’ai fait du chemin d’une capitale à une autre ; de banlieusard francilienne puis Parisienne à banlieusarde lyonnaise pour finir définitivement Lyonnaise (preskikilienne). Difficile d’être objectif quand on oppose Lyon à Doué la Fontaine ou à Mimizan. Alors, comparons deux capitales, ce sera plus simple 🙂

 

L’esprit village :

Quand on vient de Paris, on imagine que le reste de la France n’est qu’une succession de petits villages (merci la décentralisation foirée). On oublie que Paris s’est aussi construite sur l’addition de villages. Et quand on n’en peut plus de Paris et de son anynomat parce que ses charmants villages devenant des gros arrondissements ont mangé le reste d’humanité qui subsistait en vous (celle qui émerge à Noël ou l’été, au calme, hors de Paris), on arrive à Lyon et on découvre ses charmants petits villages à elle. Ces quartiers, arrondissements parfois mais pas toujours. Eux-mêmes des anciens villages, parfois mais pas toujours.

Mais surtout, ce charme de la rencontre par hasard, au coin d’une rue, à la sortie du métro, dans un café, d’un copain, d’une collègue ou d’un ennemi (sinon on vit vraiment au pays des bisounours…). Et soudain, on aime l’esprit village.

Tout est à taille d’homme. Tout se fait à pied ici. Enfin… presque tout. Limite, les transports en commun ne servent à rien. Je dis ça pour les preskikiliens évidemment. Les autres, bon courage. Sincèrement. Je déconne. Pour ça, il y a TCL et son billet plus cher que le parisien, son trafic perturbé sans aucune diffusion d’information, ses petits wagons et ses horaires pépère (passé 20h, c’est déjà la nuit sur le réseau). C’était la minute Myrtille.

Je ne dis pas que l’esprit village est propre à Lyon et à aucune autre ville de France, hors Paris. Je ne dis pas. Mais concilier la grande ville avec l’esprit village, ça pète.

 

 

Fourvière :

Quand on vient de Paris, on a besoin de retrouver des repères visuels, architecturaux. Et quand on découvre Fourvière, la basilique, la tour radio et le crayon, on est soulagé.

À chaque fois que je les vois, je les identifie comme mes nouveaux Montmartre, Tour Eiffel et Montparnasse. Pas du pauvre, non. La version alternative. Moins massifs, moins encombrants, moins prétentieux (je parle de Montmartre, boursouflé comme un gros gâteau américain). Plus à notre échelle, une jolie grande échelle. Pas immense, pas prétentieuse. Juste à la bonne taille. D’où qu’on soit en ville, on en voit au moins un. Avoir l’un d’eux au coin de ma fenêtre me rappelle où je suis. Pas juste dans une ville. À Lyon.

 

 

L’accent du gône :

Quand on vient de Paris, on vient avec notre accent (et nos préjugés, oui …). Au choix : pédant (voir les vidéos du Parisien au bureau, du Parisien en weekend, du Parisien en vacances et de la Parisienne), titi (mais vous en croisez encore souvent au bar-tabac du coin des Arletty et Gabin, vous ?) ou wesh wesh.

Pour le dernier, il est un peu devenu universel. Pour les 2 premiers, ils sont bien particuliers 🙂 Oh oui…

 

Et quand on entend le lyonnais parler la première fois, on ricane bêtement. Parce qu’entre le portefeuuuuuille, la gâche et « j’ai eu fait » ou « je vais y faire », hello le folklore! Moi, ça me fait marrer, je trouve ça limite exotique. Parce qu’il reste peu d’expressions vocales régionales, a fortiori dans des grandes villes. À l’heure de la mondialisation et de l’anglicisme à tout va, c’est rafraichissant. C’est un peu de l’Astérix à la sauce linguiste. Pour autant, je n’ai pas adopté ce lifestyle. Non non non. C’est comme ça, je le laisse à ceux du cru.

En revanche, il y a des vetos qui se perdent ! Non, la rue de la République vite dit, ça n’est pas la rue de la Ré ! NO WAY ! La Ré de quoi ? DTC ? Allons, les Lyonnais … La Rép’, la Répu, comme vous voulez mais pas la Ré svp.

 

 

Lyon, ville du Sud au Nord, ville du Nord au Sud :

Quand on vient de Paris, on situe grossièrement Lyon sur une carte de France comme un point en plein milieu de la carte. J’ai dit grossièrement. Au milieu sur le chemin des vacances (été et hiver, l’un ou l’autre, les deux pour les plus chanceux) et basta. On ne sait pas qu’il y a une vie au delà du tunnel de Fourvière.

Quand on s’y arrête, par hasard/par malchance/par chance/par envie/par dépit, on découvre que Lyon est une ville entre-deux, oui mais joliment situé.

Non, je ne vous ressortirai pas la sempiternelle « on est à 2h de la mer et à 2h de la montagne ». Je parle de cet entre-deux architectural, météorologique et culturel.

 

Quand je n’étais pas Lyonnaise, j’avais décrété que Lyon était la porte du Sud.

Mes copains parisiens ou nordistes approuvaient. Et ils étaient cons (mais j’étais la plus con d’entre tous).

Mes copains lyonnais ou sudistes ricanaient bien. Et ils avaient raison.

 

Pourquoi cette idée à la con me direz-vous ?

Les façades des immeeeeeeeubles colorées aux teintes chaudes, les toitures de tuiles rouges, les formats hauts des immeeeeeeeeeubles et les petits toits et leurs cheminées.

Les câbles électriques des trolleybus.

La place des Terreaux avec ses bâtiments d’architecture néo-classique, sa fontaine et ses terrasses de cafés.

C’est le Sud pour moi. Mieux, c’est l’Italie pour moi.

 

Je suis devenue, il y a peu, voisine de cette place et chaque matin, quand je la traverse, je me sens transportée dans une ville d’Italie (n’importe laquelle, je ne suis pas bégueule. Tant que c’est l’Italie …).

 

Culturellement, c’est étrange, la supposée froideur des Lyonnais qu’on attribue surtout à la sociologie de la ville (vieilles familles catholiques de l’aristocratie ou de la haute-bourgeoisie) n’est plus de mise. Enfin, je ne fréquente pas de gens d’Ainay. Ça reste un cliché des gens de l’extérieur principalement.

Alors quand je parle de Sud au niveau culturel, je parle surtout de l’anecdote : terrasses et lunettes de soleil dégainées dès le moindre rayon. L’envie de vivre dehors. Il n’y a qu’à voir sur la place de la Guillotière où les vieux maghrébins se retrouvent tous les jours pour tailler le bout de gras, se vendre des machins et des trucs et passer le temps. C’est un petit bout du Sud  avec un grand « S ».

 

Et puis, la météo est plus joyeuse que celle de Paris. Bon, quand il pleut, c’est plus ambiance Brest pendant 8 jours que douche tropicale. Bon, quand il fait froid, c’est plus Moscou que l’hiver à la mer. Mais quand même !

 

 

Et le meilleur pour la fin….

 

Les clichés sur Lyon qu’on la garde que pour nous (et que c’est pas français tout ça !) :

 

Quand j’étais à Paris, j’en entendais des vertes et des pas mûres sur Lyon : « Lyon et ses bouchons » (ses km de gras et de viande mais surtout ses km de bagnole), Lyon et sa jolie vallée pétro-chimique, « Lyon c’est une cuvette, on y étouffe l’été », Lyon et ses cons (toujours la froideur ancestrale de ses habitants), Lyon et ses gares plus moches les unes que les autres (Perrache/Part-dieu, quelle est la pire ?).

 

Et puis, je suis descendue de ma capitale et j’ai vu la ville, retrouvé des amis non-Lyonnais devenus néo-Lyonnais et j’ai oublié ces conneries.

Sans dire que tout est faux, je dirais que tout est partiel. Et je n’oublierai pas de dire que je suis totalement subjective évidemment.

 

Toutes ces horreurs qu’on débite sur Lyon n’attirent pas trop le chaland, c’est certain. Mais au moins, ça n’attire pas le con non plus ! J’aime que mes amis qui viennent me visiter découvrent avec plaisir les trésors de la ville, dont je ne manque pas de leur faire l’article (un vrai guide OnlyLyon à moi toute seule !). Et j’aime encore plus quand mes amis rentrent chez eux et portent la bonne parole autour d’eux. Le côté « ville qui gagne à être connue », ça me plait et ça me parle (cf mon article sur Turin).

 

J’étais Parisienne et heureuse, je suis devenue Lyonnaise et chauvine ! Paf, c’est dit.

 

 

Voilà pour ma déclaration d’amour à Lyon. Évidemment, j’aime aussi toutes les choses qu’aiment Clémentine, UneMolkette, Qyrool et Littlecelt.

 

Et vous ?

Mélo ?

Cylia ?

Anthony ?

Publicités

25 réflexions sur “Les 5 choses que j’aime à Lyon (s’il fallait choisir absolument)

  1. Merci pour la mention. J’ai prévu de partager 5 trucs que j’aime à Lyon sur Lyon CityCrunch, mais je mettrais probablement un lien sur mon blog pour les faignants 🙂

  2. haha oui c’est vrai que c’est désuet, mais ça sonne bien, c’est une manière de parler que j’utilise souvent. Si la mode est aux robes de années 50 et au « vintage » alors pourquoi pas la langue parlé ne serait pas touchée ? =)

  3. en fait etant lyonnais de naissance j’ai beaucoup de mal a dicerner quand le y est correct ou pas. Ne me dites pas par exemple qu’on ne dit pas « tu y va? » ou « j’y peux rien » ou « y’a rien à y voir » …

    • Nan nan nan Philippe. On ne parle pas de ce « y » là. On parle de votre abus intempestif : « je vais y faire », ‘je vais y dire ». Ici, il remplace un « je vais LE faire » ou « je vais LUI dire ». Rien à voir. Les « y » que tu cites sont corrects et bien français, les « y » que je cite « entendus dans la bouche de lyonnais » sont incorrects et bien lyonnais 😉

  4. Pingback: 5 petits trucs que j’aime à Lyon | Who cares, really ?

  5. C’était sympa de te rencontrer l’autre soir, dommage qu’on n’ait pas pu papoter davantage devant le vin rosé de la guinguette ! Elle est trop belle notre ville, à taille humaine, je n’ai pas envie d’en changer !

  6. Même si je ne suis pas originaire de Lyon, j’adore cette ville qui nous offre tant de choses. Ca fait maintenant plus d’un an que j’ai quitté la ville que j’aime tant et ca me fait mal de savoir que je ne pourrai y retourner que dans quelques mois…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :