Carte postale de Turin la méconnue

Quand Anthony de Who cares m’a dit « on m’a invité à Turin mais je ne sais pas trop », j’ai hurlé, mais vraiment hurlé :

MAIS TU ES FOU ! TURIN C’EST GÉNIAL ! IL Y A ÇA ET ÇA ET PUIS ÇA À FAIRE ET À VOIR ET À MANGER ! 

IMG_4514

Après lui avoir soufflé 130 décibels dans chaque oreille, je convaincs Anthony et mieux, il m’embarque dans son voyage. Enfin…. Starshipper m’embarque dans le voyage. Et au passage, on prend en route Mélo de Lyon I Love You.

Me voilà donc invitée par la compagnie de bus Starshipper qui assure une liaison Lyon-Turin par Chambéry. La compagnie voulait faire tester son service de bus première classe à des bloggueurs.

La bloggueuse mode et supra populaire que je suis n’a pas hésité à vendre son âme pour un Torino trip. Et ne l’a pas regretté.

Je vous entends déjà me traiter de vendue. J’assume. Surtout si pour me taper la dolce vita en Italie. Je vendrais un rein pour l’Italie. C’est viscéral, inexplicable, impalpable, inaltérable, irrémédiable mais c’est vrai : l’Italie, j’en suis folle.

 

Turin ?

Je vous entends déjà me traiter de ringarde. Et là, je vous renvoie dans vos buts.

Turin, c’est la ville qui passe inaperçue dans le catalogue du concours de beauté des villes italiennes. Au Nord, polluée, industrielle, pas sexy, qu’ils pensent ces Français.

Pffffff……

 

C’est parti pour une petite liste des tops de Turin !

Turin a été la première capitale de l’Italie unifiée en 1861

Turin est la patrie de (préparez vos mouchoirs blancs et vos valises) :

  • Martini
  • les noisettes de la Nutella (et oui, c’est une fille en italien)
  • Fiat
  • Vermouth
  • du cinéma italien : le premier film italien a été tourné et diffusé à Turin
  • de la télévision : les premiers studios de télévision ont été construit à Turin (la première diffusion)
  • les gressins
  • Vespa
  • le mouvement slow food (originaire du petit village proche de Bra)
  • l’aperitivo : cet apéritif italien qui rend fou les Français (allez lire ça)
  • les bonbons les plus crémeux et nutelliens : les gianduiotti (venant du gianduja, pâte de chocolat et noisettes du Piemont), un orgasme culinaire
  • le bicerin : un trio café-chocolat chaud-crème dans une même tasse avec la cuillère au garde à vous !
  • Olivetti, les ordinateurs de papa et maman dans les années 80

 

Turin abrite (2nd roud pour assommer les derniers réticents) :

  • le Saint-Suaire
  • le festival du film
  • le deuxième plus grand musée égyptien en terme de volume de collection après celui du Caire (une scéno d’enfer au 2ème niveau qui me fait toujours un effet fou)
  • le plus grand marché d’Europe à Porta Palazzo
  • le musée du cinéma le plus hollywoodien d’Europe, situé dans une synagogue du XVIIIème siècle (cette construction, symbole aujourd’hui de Turin, fut d’ailleurs la plus grande construction de maçonnerie du monde à l’époque de son édification)
  • le supermarché-restaurant Eataly, temple de la slow food et des foodistas (2 autres adresses à Rome et New York)
  • le plus grand nombre de galeries et musées d’art et de design contemporain
  • les JO d’hiver de 2006 en tant que plus grande ville d’accueil
  • le Salon du Goût ou Salon Slow Food qui vient de se terminer (salon bisannuel)

 

Photos à l’appui

Avec de tout dedans, à boire, à manger, à voir, à vivre, de la laine, le petit sponsor de cet article, du green green ; l’enfer de trier et choisir les photos. Comment ça une centaine de photos c’est trop ? Ok, on va le faire en 2, voire 3 fois. Et mile scuzi pour la piètre qualité des photos, comparativement à celles des 2 geeks qui m’accompagnaient. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un peu de name drooping turinois :

  • côté économie et industrie : Agnelli (fondateur de Fiat)
  • côté people et culture : Carla (notre ex-seconde-première dame) et sa sœur la plus talentueuse Valeria Bruni Tedeschi (comédienne), Umberto Tozzi (chanteur)
  • côté arts chic : Italo Calvino, Primo Levi, Umberto Eco (écrivains)
  • côté arts cheap : Aldo Maccione (comédien)

 

Architecturalement parlant, elle est très XIXème siècle avec ses nombreuses arcades. L’austérité majestueuse de ses grands bâtiments construits par les grandes familles industrielles de la ville la font ressembler à Bordeaux. Très française, normal, elle était un des fiefs de la maison de Savoie, dynastie franco-italienne.

 

Bon. Ça y est ? Vous êtes convaincus ?

Oui, je sais, je sonne comme un guide touristique mais tout ça, je l’ai vu et appris de mes propres yeux et chef. Si si 🙂

Soyons tout de même un peu plus personnel, je vous sens un peu en manque de détails croustillants façon mise à poil :

C’était mon 3ème voyage à Turin. Avoir des copains sur place, ça aide aussi.

La ville, je l’ai parcouru sous la neige, sous la chaleur et sous la pluie.

J’aime qu’elle soit à la fois historique et ultra-moderne. Ville agréable, très boisée (il y a de nombreux parcs) et au bord du Pô. Les galeries et musées d’art contemporain se sont réappropriés le patrimoine industriel en investissant les anciennes usines de la ville. Au Lingotto, quartier industriel, on trouve cet ensemble incroyable avec : un centre commercial 4 étoiles, la Pinacothèque Agnelli (un petit bijou avec du Renoir, du Caravage et de nombreux tableaux de peintres italiens), la piste d’essai extérieure et la rampe hélicoïdale intérieure conservées de l’usine Fiat, un auditorium, les locaux de Polytechnique, le tout dans une architecture conçue par Renzo Piano donnant une vue incroyable sur la ville et les installations olympiques conservées.

 

Je sais, je sais, je repars dans la litanie touristico-culturelle. Ne manque plus que mon petit parapluie jaune.

 

Donc, on a passé 2 jours à Turin avec Mélo et Anthony et on a adoré. J’ai adoré leur montrer la ville et j’ai adoré découvrir des choses et des lieux avec eux. Au programme, on voulait manger (on avait même établi une « to eat list » : pizza, gelato, pasta, risotto entre autres), visiter et profiter. Contrat rempli.

 

Et tout ça, évidemment, par l’opération de la sainte-blogsphère. Starshipper nous a emmené aller-retour à Turin, au départ de la Part-dieu.

En 4h30, le temps de papoter, recharger notre portable (prise et wifi à bord), dormir (sièges inclinables ultra-confortables), travailler notre italien avec les journaux à disposition (scuzate ma commenca a sentire la fatica, lachate mi cantare, tout ça tout ça ), pipi room et observer les paysages de montagne et nous y étions !

 

Et c’est toujours plus sympa quand on ne conduit pas.

Et c’est toujours plus sympa d’arriver en centre-ville avec au choix un stop à la gare de Porta Susa ou celle de Porta Nuova, l’air frais et dispo sans se soucier de la conduite des furiosi Italiani 😉

Et c’est toujours plus sympa quand on n’a pas à payer un bras si on ne s’y est pas pris 3 mois à l’avance (Sncf…).

Et c’est toujours plus sympa d’avoir le choix des horaires : un petit weekend en vue ? Départ le vendredi soir à 17h et retour le dimanche soir à 17h de Turin. Hop !

Merci Starshipper.

J’ai déjà prévu d’y retourner au printemps pour un tour spécial galeries d’art-friperies et puces au Balon (près de Porta Palazzo).

 

Bon. Ça y est ? Vous êtes convaincus ou je repasse pour le 2nd service ?

Publicités

17 réflexions sur “Carte postale de Turin la méconnue

  1. Pingback: Gran Torino – séance diapo 2ème round « Une fille à dilemmes

  2. Ouioui complètement convaincue! Ah mais ça avait l’air vraiment génial! et ils desservent d’autres villes italiennes ou européennes ces bus tout confort ?

    • Starshipper ne couvre que l’axe Lyon-Turin mais je suis certaine qu’il y a d’autres compagnies qui proposent des destinations pas loin de Lyon. Je vais regarder ça, j’ai repris goût au voyage en car. Surtout avec des loustics comme Anthony et Mélo 🙂

  3. Pingback: Pourquoi je me fous à poil ici et pourquoi j’aime ça « Une fille à dilemmes

  4. Merci beaucoup pour cet article! Je vais à Turin en mai pour la première fois, et j’ai hanté la blogo pour trouver des retours convaincants…Je me disais en effet que Turin, ca a pas l’air très emballant, mais tu viens de me faire changer d’avis!

    • Oh que merci AudVoo et bienvenue sur le blog. J’espère que Turin va te plaire autant qu’elle m’a plu. Encore une fois, la ville ne paie pas de mine comme ça mais au final, elle a l’italiana style et le côté résolument moderne et contemporain que n’ont pas la plupart des villes italiennes. Et encore, je n’ai pas mis d’adresses précises. Si tu veux, on en rediscute en mp !

      • Je veux bien, merci encore (pour les conseils et le bienvenue ^^)! 🙂 Tu peux m’envoyer un mail (vu que tu dois l’avoir), à moins que tu veux que je te contacte, via un autre biais (indique moi juste comment)…

        • Alors attends, je prends mes petites notes de voyage et je t’envoie ça ce soir.
          Après, si tu veux m’en dire plus sur tes envies (resto, sorties, style de voyages), j’essaierai d’être un peu plus précise dans mes « bonnes adresses » (genre… ^^).

  5. Pingback: Ti Amo To – un autre weekend à Turin | Une fille à dilemmes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :