Marché de la mode vintage – ma première et dernière fois ?

Ce weekend, Lyon organisait pour la 11ème année son Marché de la Mode Vintage. Durant 2 jours, chineurs, fripiers et amateurs en tous genres se sont retrouvés dans un ancien hangar désaffecté appartenant à Brossette, chauffagiste lyonnais.

Pendant 2 jours, on pouvait fouiller les différents stands, fouiner à la (re)découverte de trésors de notre enfance, se faire tirer le portrait relooké « vintage », se restaurer, se dorer la pilule au soleil (samedi) devant la superbe américaine bleu ciel exposée, swinguer sur du son rétro, initier ses bambins à nos jeux d’enfants et profiter des autres activités, ateliers proposés.

J’avais envie d’y aller. Et pourtant, je sentais déjà que j’allais me sentir à côté de la plaque. Pas à l’aise. Je sentais le côté foire, cirque, zoo, le côté « lieu où voir et se faire voir ». Arrivée sur place, mes craintes se sont révélées justifiées. J’ai vu des apparitions des 60’s, des belles Américaines, des pin ups habillées. Et même une Cosplay qui n’avait pas vraiment l’air dans son élément.

Et pourtant elles étaient belles ces demoiselles avec leurs yeux de biches, leurs robes en corolle, leurs coiffures structurées avec crans, coques et autres bibis. Les couleurs de leurs tenues, de leur rouge à lèvres, la hauteur de leurs escarpins ou de leurs compensées donnaient des envies de milkshakes.

Photo de Dominik Fusina

J’avais noté le « vintage » dans le nom de l’évènement. Je n’ai vu pratiquement que des stands façon marché de la fripe. J’avais cru comprendre que le « vintage » se référait initialement au vin et avait élargi son champ aux vêtements des grands couturiers des décennies 50 à 70. J’ai vu autant de vestes de jogging Adidas des 80’s et de robes d’hôtesses 60’s (merci Praline Lyonnaise pour l’explication) que de walkman et de cols pelles à tarte.

Tout se mêlait, tout se mélangeait, pour le pire d’après ce que j’avais imaginé.

Ça sentait la cave, j’ai fouillé dans des bacs et j’en suis repartie avec les mains un peu poisseuses mais le cœur n’y était pas. Trop de stands, trop de tout et beaucoup de rien. Rien de charmant, trop de choses pour « la photo rigolote ».

Peut-être ne suis-je pas la cliente-type. Je me fous des marques, je cherche des vêtements qui collent à aujourd’hui (formes féminines en plus dans les robes et jupes) mais avec des imprimés délirants. Une robe Prisunic d’hier me semble aussi intéressante qu’un pantalon Pierre Cardin. Je suis une râleuse, oui. Je râlais déjà à ce sujet ici. Je m’en retourne à mes vide-greniers, foires au troc comme on disait par chez moi il y a 20 ans, brocantes de rentrée de la rue principale de village, de magasins de fripes.

J’ai entendu que les prix avaient retouché terre, par rapport à ces dernières années. Peut-être que les vendeurs ont enfin compris que tout ce qui est vieux n’est pas rare ou sans prix.

De nombreux autres évènements de ce type se développent, autant à Paris (Salon du Vintage du 6 au 8 juillet prochain) qu’en province plus « reculée » (la rando vélo rétro les 23 et 24 juin prochains qui s’avère, malgré tout, sympathique).

Evidemment, le Marché de la Mode Vintage n’a pas besoin de moi pour vivre. Et c’est tant mieux, je m’en voudrais de briser un juteux marché.

J’avais juste envie de faire part de ma petite déception. Même si j’ai passé un très très bon moment avec mes copains Yelpeurs et ça, c’était priceless.

Pour être tout à fait honnête, j’ai tout de même réussi à craquer : voilà la bête

Celui qui bougeait sa queue dans un bruit d’enfer. Celui qui faisait criser intérieurement ma mère quand je le trainais dans toute la maison. Celui grâce à qui j’éprouve un amour sans faille pour Snoopy et tous ces cousins beagle.

Il m’a coûté moins que prévu, sans marchandage (je ne sais pas faire), juste un concours de circonstances et la rencontre avec un vendeur non professionnel, plus ravi de rendre heureux une gamine trentenaire que de faire une bonne affaire. Merci monsieur !

J’avais aussi revêtu ma jolie robe Prior-K pour venir faire un coucou à Karine qui avait un stand. Elle était venue de sa ville rose jusqu’à Lyon pour son premier marché.

Photo de la robe portée par la jolie fille de Karine, une Béatrice Dalle des années 2010

Et vous, qu’en pensez-vous de ce marché ?

Publicités

14 réflexions sur “Marché de la mode vintage – ma première et dernière fois ?

  1. Coucou

    C’était aussi mon premier marché, mais moi j’ai beaucoup aimé ! (j’ai fait un petit article moi aussi, si tu veux aller voir).
    Pourtant, je ne m’habille pas vintage ! Mais j’ai réussi à trouver quelques petites choses bien sympathique.
    J’avais aussi une appréhension en y allant. Mais une fois arrivée, l’univers ne m’a pas dérangé, au contraire, j’ai trouvé que ça faisait du bien d’être entouré de gens qui assument leurs looks (je viens d’une petite ville, donc si tu n’es pas habillée comme tout le monde, on te regarde avec de grands yeux).

    Des bisous

    • Comme disait la chanson : faut de tout pour faire un monde 🙂
      Et je suis bien contente que la mode du vintage grignote des parts au commerce actuel. Décroissance mais surtout slow market.
      Pour les looks, tu crois vraiment qu’ils se baladent comme ça pour aller faire leurs courses au Shopi ? 😉

  2. De mon côté, c’était ma 2ème fois. Arrivée à 10h30, c’était déjà bondé. J’avoue que je n’avais pas très envie de « fouiller », et à chaque fois que je demandais un prix, il me paraissait exorbitant… J’ai l’impression que « parce que c’est le Marché de la Mode Vintage », les gens sont prêts à acheter (mais surtout à vendre) à n’importe quel prix. Au final, j’ai moi aussi craqué sur le jouet de mon enfance (le téléphone Fischer Price à 10 euros tout de même!), et sur 2 petites tasses à café pour 2 euros. Mais franchement, je préfère 1000 fois fouiner sur une brocante ou chez Emmaüs! Bises

  3. Moi aussi j’ai été déçue, je croyais être la seule d’ailleurs ! Au final c’était trop fouillis, j’ai tout vu sans rien voir, trop de monde et des prix que je trouve beaucoup plus chers que dans les vide-greniers et les Emmaus… d’ailleurs j’ai eu une petit échange avec Marion à ce sujet, sur mon blog. 🙂
    Tu dis que les prix ont baissé par rapport aux autres éditions, qu’est ce que cela devait être alors avant !
    De toute façon, tu as pu te consoler en achetant un souvenir d’enfance ! Tant mieux, moi j’ai rien trouvé 😦

    • Bienvenue miss nuage et merci pour ton avis. Je commence à voir des avis pas très heureux sur ce marché sur le web :
      le ticket d’entrée (simple oubli de ma part mais c’est vrai que c’est un peu cher, surtout le passage de 3€ l’an dernier à 4. Vivement la fin de la crise !)
      la qualité, la variété et les prix des produits proposés

      Pour les prix d’ailleurs, c’est 2 copines qui fréquentent souvent le MMV qui m’ont fait part de leur impression. Peut-être que les professionnels se sont rendus compte qu’ils avaient abusé et que ça va commencer à se calmer. Et puis, il y a de plus en plus de ces foires alors, on peut espérer un retour sur terre au niveau € 😉

      De mon côté, j’ai fait fi du prix pour mon joujou d’enfance alors que si je faisais la conversion, j’aurais hurlé ! 100francs, pas prête à mettre ça pour un jouet. Et pourtant, je l’ai fait. Je ne suis pas à une contradiction près… Des copains me disaient « pas plus de 5€ ce machin » et ils avaient raison 🙂

  4. Je te corrige très légèrement sur ta définition du vintage… Une pièce vintage, c’est une pièce – griffée ou non – emblématique du style d’une époque ou d’un couturier… La saharienne YSL, le patte d’éph 70’s, la mini-jupe 60’s, le liberty Cacharel… Et la période vintage ne se limite pas aux 50’s-80’s. Tout produit de plus de 20 ans entre dans la catégorie vintage, coucou les 90’s ! Et j’ai vu par exemple un très beau sac tout brodé en perles datant des 20’s sur le marché. Si l’on trouve plus de produits 70’s-80’s, c’est avant tout lié à l’industrialisation des process et à la consommation de masse.
    Après, s’il faut être critique sur le MMV, oui, il y avait trop de monde, oui, les prix sont souvent ridicules – même s’il y avait de petits prix aussi, hein ! Mais fallait fouiller. Perso, je suis repartie avec une paire d’escarpins griffés à 25€ -, oui, l’espace n’était pas très bien organisé par rapport aux années précédentes – selon moi.
    Quoi qu’il en soit, joli chien 😉

    • Merci Professeur Marie pour ce complément d’information 😉
      Je pense simplement que ce format ne me convient pas. Je suis plus dans le trip balade sans chercher et découvrir des trucs plus moches les uns que les autres quand soudain, la perle nous saute aux yeux !

      J’ai envoyé la photo à ma mère, je l’entends déjà hurler 🙂

  5. Chouette ce résumé! Moi qui était un peu triste de ne pas avoir pu y mettre les pieds (trop de trucs prévus pfff) je suis rassurée, j’ai pas manqué la fête du siècle. Je le connais ce petit chien, je suis sûre de l’avoir déjà croisé 😉

  6. Je te trouve un peu dure, car heureusement que ce n’était pas que du « vrai » vintage. Car des tailleurs Chanel ou YSL des années 50 ou 60, moi ça ne m’intéresse absolument pas. Alors que là, c’était sympa de voir un peu de tout. Évidemment, comme c’est un concentré, ce ne sont que des marchands professionnels, alors ils savent que les choses ont un peu de valeur (même s’ils surestiment souvent cette valeur) et ça fait peur par rapport à une brocante.
    Moi j’ai rien acheté (enfin si une affiche de film « pour adulte »), car c’était plus pour les femmes, quand même, mais j’ai bien aimé l’ambiance.
    Le seul truc sur lequel je râlerais, c’est le prix, car même si c’était assez grand, payer 4€ pour avoir le droit d’acheter des choses, c’est quand même cher 🙂

  7. Je plussoie Anthony sur le prix : il y a peu, le prix d’entrée (moindre) donnait l’accès aux deux journées.
    Pour ma part, le bilan est un peu mitigé aussi mais je pensais que c’était parce que je revenais de Berlin et que j’avais déjà eu mon compte en matière de vintage. Il semblerait que ce soit plus général …
    En tout cas, ta robe était très jolie.

  8. Pingback: iLife, eshop mais surtout du plaisir, du beau, du bon ! « Une fille à dilemmes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :