Quand la musique se donne

Aujourd’hui, c’est lundi, il a fait beau à Lyon, du moins. Alors, dans ces moments-là on a envie d’embrasser les gens, de câliner les petits chiens dans la rue, de pole danser sur les lampadaires…

bref, vous avez compris le truc : c’est un lundi au soleil. Aaaah, Cloclo for ever !

 

Un jour, je vous parlerais de mon amour pour Claude. Oui, Claude. Les vrais fans l’appellent Claude. Ceux qui comme moi ont la chance de posséder ce beau double vinyl « Cloclo 1 an déjà ». Véridique. Je rassure ma horde de fans (il y en a), je n’ai pas 56 ans. Mais à la faveur d’un automne (aaaaah Tété !), je suis tombée sur ce bijou vinylique dans une brocante de banlieue. 5€. Moins cher que le prix de la place pour aller voir Cloclo (sortie ce mercredi 14 mars, j’ai les paillettes qui bouillent !).

 

musique-son-lumière

Trêve de blabla.

Aujourd’hui, un pêle-mêle de bons sons avec ô surprenante mais délicieuse constatation, que des petits Frenchies :

Rover

Sur la pochette de son premier album éponyme, Rover ressemble à un mix entre Beethoven et Stephen Fry période Oscar Wilde. Et cette sensation d’homme torturé (sans jamais de lamentations), romantique au sens premier du terme, se retrouve bien dans sa musique comme dans sa voix puissante. De la pop mélancolique, tendance Bowie, du Jeff Buckley, des synthétiseurs (oui, il y a de l’électronique dans sa musique alors je dis les mots en entier) comme des saules pleureurs.

Aqualast

Lescop

Dans la continuité dark de Rover, Lescop se classe pourtant dans une filiation plus française.

A la première écoute, c’est un beau tribute à Taxi girl et au punk français des années Palace. Un rythme électronique façon new wave, des ruptures, des textes cassants, une mélodie dansante. Mais la voix nous rappelle Dominique A. Sombre mais élégante, puissante, ample et enveloppante, la hachure des phrases pour faire peser les mots.

Il sera en concert avec La Femme au Marché gare le mercredi 18 avril.

La Forêt

Marlène

Revolver

Le deuxième album de ces mignons « Let go » sort aujourd’hui. J’avais beaucoup aimé leur premier album, très studieux, cette pop de chambre avec cordes fortement beatlesienne. Comme du Phoenix (version Lisztomania) de premiers de la classe ! Avec ce nouvel album composé sur la route lors d’une mini-tournée américaine, leur musique a gagné en liberté. Ils ont réussi à s’affranchir de leur éducation classique pour aller vers de la pop moins mécanique, plus dansante (dès le premier morceau « Let’s get together ») tout en conservant leur maîtrise vocale (anciens chanteurs de chorale). Pas de panique, le violoncelle est toujours là.

Revolver sera en concert au Kao le vendredi 11 mai.

Get around town, issu du premier album (morceau qui me rappelle Coming Soon, bon groupe lyonnais)

Wind song, premier single du nouvel album « Let go »

Alister

Alister, ce sacré farceur. Après un premier formidable album fait de cynisme, d’élégance à la Dutronc, sublimée par un chant plein de causticité, il revient avec « Double Détente ». La voix toujours aussi je-m’en-foutiste façon chant parlé, les textes décalés et décadents en permanence, comme une peur de sombrer dans la varièt, la pop violonée.

La Femme Parfaite

À ne pas manquer pour les plus fans le court-métrage écrit par Alister regroupant les 8 morceaux de l’album et dans lequel joue Sébastien Thoen d’Action discrète, sur une histoire rappelant une certaine affaire politico-cosméto-financière de 2010.

Court-métrage Alister Double détente (cliquer sur l’image)

alister-court-métrage-double-détente

 

Et vous, c’est quoi votre coup de coeur musical du moment ?

La prochaine fois, un billet musical spécial filles.

Publicités

5 réflexions sur “Quand la musique se donne

  1. J’ai écoutée l’album de Rover l’autre jour ,et j’ai bien aimée ;il y a de bonnes mélodies et une superbe voix .

    Revolver ,j’ai plus de mal , je les ai vu en concert il y a un an ou 2 ;et l’attitude du chanteur m’avait agacée ( « je me la joue ,je suis une belle gueule » ). Heureusement le violoncelliste rattrapait le tout 🙂

    • Ah ah, Revolver, je pense qu’ils ont cette réputation de petits mécheux du 16ème qui leur collaient bien à la peau au 1er album. Ils ont l’air un peu moins coincés et un peu plus simples pour ce nouvel album (vidéo sur Le parisien.fr et interview écrites). Et le violoncelliste fait énormément dans cette histoire 😉
      Et sinon, bienvenue (et le triptyque Cupcakesmusictea me plait bien !)

  2. Pingback: Electrofloor au Marché Gare mercredi 18 avril « Une fille à dilemmes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :