Pitié délookez-les ! Ou le mouvement vers le conformisme de la beauté naturelle

Aujourd’hui, je serai un peu la mère morale. Pour la leçon, allez directement à la fin de cet article. Et puis, il y a quelques vidéos si vous voulez ricaner un peu. Les plus courageux liront l’article en entier mais j’ai comme le pressentiment que vous ne serez pas très nombreux…. Et ce sera bien fait pour ma tronche avec une intro pareille :p

« Snog, marry, avoid » Programme de la BBC3

J’ai découvert, il y a de cela quelques semaines, une nouvelle émission de télé. Pour être tout à fait exacte, je l’ai découverte sur internet. Je n’ai pas la télé. Il m’arrive parfois de regarder des conneries télévisuelles sur les sites internet replay des chaînes de télé.

Je m’accorde parfois une pause entre deux chapitres de la comédie humaine de Molière ou un essai de Bourdieu. Ahem….

Et cette pause, je la fais devant une série de bonne facture ou quand je suis à cours, devant une émission télé, la plus débilisante possible. Pas vraiment non plus. Je suis plus télé légère façon Recherche appartement, Nouveau look pour une nouvelle vie.

Et en cette rentrée, j’ai découvert une nouvelle émission sur D17, la chaîne des 15-30 ans (au secours, c’est plus de mon âge!), une de ces chaînes un peu bas de gamme de la TNT (canal 17 pour les plus télévores). Ça s’appelle Pitié délookez-les ! Et avec un titre pareil, on ne peut qu’être intrigué, voire alléché.

En anglais, c’est "Snog, marry, avoid" soit « Galoche, marie ou évite ».

Appréciez tout le bon goût et la joliesse de cette jeune femme

Sur le papier, c’est drôle. Cette émission anglaise s’est donnée pour but de donner une apparence plus naturelle à des gens un peu trop lookés, un peu trop voyants dans la rue, un peu trop ridicules en gros. Présenté comme ça, ça paraît d’utilité publique.

Malgré un doublage grossier mais quand même hilarant sur les voix originales qui nous fait passer à côté des accents cockney ou anglais de rue des lads et ladettes cobayes de l’émission, c’est plutôt distrayant.

 

Parenthèse lexicale :

Qu’est-ce qu’un lad ? Qu’est-ce qu’une ladette ?

Le lad est un mot écossais et désigne à l’origine un garçon ou un jeune homme. C’est un terme apparu avec la britpop, courant musical des années 90 (Blur et Oasis en sont les plus grandes figures) qui désignait alors les jeunes mecs de la classe moyenne. Et puis aujourd’hui, c’est devenu un type de jeune homme : entre 16 et 30 ans, un peu trop versé dans l’alcool et la bière surtout, peu avare en Fuck et autres joyeusetés, bruyant (oui, Fuck s’emploie généralement peu dans l’ambiance feutrée d’un fumoir) et fêtard, généreux en coups de poings ou bagarres. Look : veste de survêt Tacchini, Lacoste, sweat shirt Lonsdale, jean et baskets. Il passe son temps au pub et les vacances en Espagne sur la plage et en discothèque à se saoûler.

Le meilleur exemple du lad est la représentation qu’en fait dans ses chansons Mike Skinner, feu The Streets

 

Fit But You Know It – A Grand Don’t Come for Free LP

 

Let’s Push Things Forward – Original Pirate Material LP (ouais, j’en profite pour me faire plaisir musicalement ;))

 

La laddette est une jeune femme aux mêmes caractéristiques en termes d’âge et de comportement, le binge drinking en plus. Aussi peu élégante dans leurs attitudes que dans leur tenue vestimentaire ; look pouf en jupe ras le bonbon et décolleté été comme hiver. Il y a même eu une émission de real tv « Laddette to Lady » en Angleterre et Australie qui avait pour but de transformer ces petites poufs en parfaites jeunes filles de bonne famille à l’anglaise et futures prétendantes d’aristo.

2 prétendantes en tenue de jour (si si) et au milieu, la présentatrice Jenny Frost

 

Attention, à ne pas confondre avec les chav : jeunes racailles. Le meilleur exemple féminin en serait Kelly Bailey dans la série Misfits et son accent à couper au cordeau.

Elle a pas l’air sympa comme ça, mais en fait, elle est MÊME pas sympa du tout !

 

ou Vicky Pollard la jeune déliquante dans Little Britain (avec une petite guest)

 

 

Revenons aux lads et laddettes.

Je ne sais pas si ce genre de gonze et gonzesse est typiquement anglais mais ils poussent par milliers là-bas. De part chez nous, on trouve ce genre d’olibrius plutôt dans le Sud de la France.

Combien de filles avec faux bronzage, postiches capillaires, faux ongles, faux cils, soutiens-gorges push up ? Elles semblent tout droit sorties d’une folle nuit au Macumba Fucking Blue Boy sur la RN20 en direction de Chateauroux. Ou même sorties d’un épisode de Secret Story ou toute autre émission de real tv.

Les personnages, généralement des jeunes femmes entre 16 et 30 ans sont hauts en couleurs autant par le look que par l’attitude. Un langage plus charretier que châtié, des poses provocantes, des personnalités exhubérantes, nombrilistes, outrancières, prétentieuses et bas du front. Le sentiment que pour y arriver dans la vie, rien ne vaut un décolleté 95B et des cils.

L’émissions est présentée par Jennie Frost, une ancienne chanteuse de girls band et animée par POD, un robot chargé de transformer les participants. Les « monstres » sont amenés devant POD qui va se charger de les interviewer en les accablant de ses critiques les plus cinglantes avant de les relooker. Quelques semaines plus tard, on retrouve les anciens monstres pour voir s’ils ont succombé à la vague de « beauté naturelle », le credo de l’émission ou s’ils ont repris leurs vilaines habitudes.

Tandis que Jenny est la gentille et rigolote présentatrice, POD est le méchant programme de « délooking ». Et en tant que personnage de synthèse, elle s’en donne à cœur joie pour se foutre de la gueule des participants. Les commentaires sont gratinés, du type « Vous êtes une offense au bon goût », à la limite de l’attaque. Pas sûre qu’ils en accepteraient autant de la part de la présentatrice de chair et d’os…. Mais bien souvent, les participants ne se laissent pas faire et répondent avec humour.

 

L’émission est divisée en 3 parties :

Mise en pratique avec Nicola de Londres, toute en classe et distinction verbale et vestimentaire

Partie 1 – le portrait de l’aspirant(e) : sa personnalité (ahem…), son lieu de vie, ses proches et ses sorties

http://www.d17.tv/video/MXg3U2Jl

 

Partie 2 – le «  sondage public » des gens de la rue : Snog, marry or avoid et là, ça décape

http://www.d17.tv/video/UVpIanE1

 

Partie 3 – le délooking/relooking ou « Le Grand Nettoyage »

http://www.d17.tv/video/bVNJYkRx

 

La leçon de la mère morale, c’est là

Alors oui, c’est drôle cette brochette de poufs, d’allumés mais très vite le programme bascule dans un conformisme confondant.

Tout comme l’émission « Nouveau look pour une nouvelle vie » qui rend « beau » les gens « moches » (je caricature pour aller vite, vous voyez ce que je veux dire). Ces moches deviennent des beaux normaux, comprendre dans la norme. Ils sont tous relookés dans le même style, avec les mêmes marques de vêtements, les mêmes coupes à la mode, les mêmes couleurs, formes etc.

Avec cette émission, un nouveau diktat apparaît : celui de la beauté naturelle. Tous les looks un peu « à part », « en marge », « étrange », « différent » sont cibles de moqueries.

Evidemment, question goût chacun les siens. Evidemment, on est toujours le con d’un autre. Evidemment, on peut trouver une utilité à ce programme quand on voit une jeune femme de 23 ans qui passe tout son temps et son argent dans les boutiques de fringues et les cabines de bronzage. Ou quand une jeune femme ne trouve pas de job ou n’est pas prise au sérieux car son look la dessert : le cas de l’aspirante à un poste d’hôtesse de l’air est assez intéressant.

Mais si cela signifie gommer toute individualité et nous faire tous ressembler à des moutons shetlands au poil luisant et frisé comme une salade gambadant dans la prairie, bof….

C’est un peu comme pour les blogs mode. Après tout, il n’y a pas qu’une mode. On se marre devant certains blogs parce qu’ils ont des looks pas possibles et qu’ils clament au monde entier de l’internet qu’ils SONT le style personnifié. Mais qui sommes-nous pour décider que tel blog mode est mode ou ne l’est pas ? Tant mieux si on trouve aujourd’hui des blogs mode de lascars qui montre leur collection de survêt Lacoste, coincés dans leur chambre de banlieue avec canapé clic-clac et lampe Ikea. Tant mieux si on trouve des blogs de minettes accrocs à la dernière collec de Jennyfer ou qui s’habillent chez Kiabi. Il y a une question de fric, une question de goût et puis une question de tolérance. Après tout, il faut de tout pour faire un monde (merci Louis Chédid mais on va s’arrêter là…). Ça permet à chacun de se reconnaître en l’autre, ne pas se sentir seul quoi.

 

En gros,

Non aux clichés sosies des people de la real tv, non aux bitches. Ceux-là, c’est fashion police direct !

Oui à l’éclectisme. Oui aux bikers, BCBG, surfeurs, hip hop, rockabilly, emo-goths, rasta, rétro, kawai, geek, hipsters, punk, lascars, rock.

Et que vive Benetton ! Non de dieu comme c’est bien moral tout ça ! Désolée, je suis de bonne humeur aujourd’hui.

14 réflexions sur “Pitié délookez-les ! Ou le mouvement vers le conformisme de la beauté naturelle

    • Ah ah! D’abord chapeau parce que je sais que tu es une sacré busy girl. Et LTL c’est assez marrant aussi, surtout quand elles se crèpent le chignon pour finir par picoler ensemble et se tenir les cheveux quand l’une vomit.
      Bon, et la partie morale, non ? Tu as compris l’idée quand même ;) Je mets toujours une photo pour ceux qui n’ont pas le temps de lire :p

  1. J’aime beaucoup ton article.
    J’ai déjà vu cette émission aussi et j’ai un peu la même conclusion que toi.
    En fait que qui est moyen c’est le style cagole, la nana qui en fait des tonnes sur le maquillage, les extensions et jupes trop courtes ou trop moulantes dans un style de féminité trop exacerbée qui vire au ridicule.
    En revanche, j’apprécie l’originalité sous toutes se formes et les looks qui sortent de l’ordinaire ne me dérangent pas, bien au contraire, je trouverais ça assez sympa de voir un jour à un guichet de banque une personne avec un look complètement inattendu.
    Souvent j’aimerais bien voir plus d’originalité sur les gens pour qu’on ait moins l’air de moutons shetlands comme tu dis ;-)
    D’un autre côté parfois le classique peut être très chic. En fait il faut de tout, sauf du vulgaire !

    • Bienvenue Fizzybeauty sur le blog et merci de ton commentaire. Je t’avoue que je prend un pied monstrueux avec les doublages de pouf !
      Mais je n’aime pas trop le découpage qu’ils ont fait en replay alors je crois que je vais me rabattre sur les vidéos sur Youtube.

  2. Meuh c’est énooorme !
    Je ne connaissais pas cette émission, et d’ailleurs : je ne connaissais même pas cette chaîne (malgré mon écran plat d’un mètre de long…) (Monsieur a fait une omerta sur la télécommande).

    Pour bien connaître les soirées londonniennes (genre), j’affirme : il y a des anglaises qui n’ont peur de rien, surtout pas du court, surtout pas des décolletés et surtout pas de l’alcool (d’où les situation suscitées où mademoiselle hurle « Fuck, fuck, motherfucker, I don’t give a shit… » en robe moulante fluo, les cuisses écartées assises au bord du trottoir…

    Donc, ce genre d’émission a peut-être quelconque en Angleterre…

    Reste que je suis d’accord avec toi : punk, gothique, rasta etc… c’est cool aussi !

    • Je te jure que les Anglaises qui disent face caméra "les filles, maquillez-vous léger, les mecs aiment les filles naturelles" alors qu’elles sont oranges avec 3 couches de faux cils, ça vaut une belle barre de rire.

      Mais ça m’épate ces corps habitués à un temps de merde qui se découvrent dès qu’il fait 12° et dès qu’il est plus de 7:30PM le jeudi soir ;)

  3. mmm, j’avoue j’ai pas tout lu :-(
    C’est vrai qu’uniformiser les gens c’est pas cool, mais dans Nouveau Look pour une nouvelle vie, il ne s’agit pas de leur enlever leur personnalité, car en général ils n’en ont pas (vestimentairement parlant, je veux dire)

    • Nan mais cette émission, c’est pas la pire. Là, si tu avais lu mon biquet, tu aurais vu que je parlais de ce "Snog, marry, avoid".
      Nouveau look machin, c’est gentillet à côté même si, bien souvent, on les relooke chez H&M, C&A ou Pimkie pour les meufs, Célio et Jules pour les mecs avec les mêmes fringues tendance du moment, qu’ils fassent une taille sablier ou poire. ça uniformise aussi pas mal et ça ne laisse pas beaucoup s’exprimer la créativité, sous prétexte que "la crrrrréativité, c’est de mettrrrrre oune chapeau et oune foulard dé couleurs contrrrrrastées".

  4. La sape n’inclue pas de code de bonnes manières. Je trouve ça un peu vulgaire aussi, ce n’est vraiment qu’un code vestimentaire et c’est un peu m’as-tu-vu. Le chapisme c’est plus élégant, plus fin. Je suis loin d’être un chap mais je trouve ça très drôle, ça m’inspire. J’ai le Manifeste Chap quelque part chez moi. Je te le prêterai si t’es gentille !

    • Je me doutais que tu sortirais le dico ;)
      Mais pour troller un peu, je te dirais qu’il y a la sape mais qu’il y a aussi la sapologie. L’un est africain, l’autre est franco-africain.

      Quant au chapisme, je valide à 2000. La moustache, la barbe, c’est ma grande passion. Et si elles se logent sur des jeunes hommes bien élevés et bien vêtus…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 30 followers

%d bloggers like this: