Le V-word / Vaginons tous ensemble

Vagin, vagin, vagin. Voilà, c’est dit.

Mes chers lecteurs, de sexe féminin ou masculin, peu importe et en même temps tout importe,
Je voudrais aujourd’hui apporter mon soutien à ces Américaines, politicienne ou madame tout le monde, qui ont toutes les peines du monde à vivre leur vie de femme au quotidien au pays pudibond des libertés et la première, la liberté d’expression : Les Etats-Unis d’Amérique.

Le 14 juin dernier, Lisa Brown, élue du parti démocrate à la Chambre des représentants de l’état du Michigan a été écartée d’un débat sur la loi sur l’avortement à la Chambre. La raison ? Elle a osé employer le mot "vagin" dans son argumentaire.

Dénonçant un projet de loi qui viserait à restreindre le droit à l’avortement, elle avait exprimé son point de vue en tant que femme de confession juive insistant sur le fait que la religion juive préconise qu’en cas de danger de mort pour la mère, on a recours à l’avortement pour protéger la mère, au détriment du bébé à naître. Elle avait alors conclu son discours par ces phrases :

"I have not asked you to adopt and sign up to my beliefs, why should you ask me to adopt yours? Frankly Speaker, I’m flattered that you’re all so interested in my vagina but no means no."

Traduction :
"Je ne vous ai pas demandé d’adopter mes croyances, pourquoi me demandez-vous d’adopter les vôtres ? M. l’orateur, je suis flattée que vous soyez tous si intéressés par mon vagin mais non, c’est non."

Scandale dans le Capitole, malgré quelques applaudissements, la majorité de l’audience étant républicaine et masculine, Lisa Brown est priée de quitter les lieux et interdite de séance le lendemain.

Tout comme Barb Byrum, une autre responsable démocrate a été elle aussi "bannie" pour avoir préconisé une vasectomie à ces élus. Elles n’ont pu prendre part à la suite des débats.

Après le C-word (C pour cancer et dans d’autres cas pour cunt qui est un terme très familier pour vagin), voici venu le V-word !

Ci-dessous les images de son discours:

Les républicains, majoritaires à la Chambre se sont défendus de ce bâillonnement du fait de ce simple mot. Jim Stamas, leader de la majorité lui reproche d’avoir "enfreint le décorum de l’assemblée". Mike Callton, un autre républicain a indiqué que c’était grossier de parler de vagins devant des femmes :
"I don’t even want to say it in front of women. I would not say that in mixed company."

Traduction :
"Je ne veux même pas le (le mot) prononcer devant des femmes. Je ne le prononcerais pas devant une assemblée mixte (de femmes et d’hommes)."

Ce à quoi Lisa Brown a répliqué :
"If I can’t say the word vagina, why are we legislating vaginas?"

Traduction :
"Si je ne peux pas dire le mot "vagin", pourquoi légiférons-nous sur les vagins ?".

Lisa Brown tente de comprendre son expulsion de la Chambre des représentants : est-ce parce qu’elle s’est revendiquée juive et contre cette loi qui irait à l’encontre de ses convictions religieuses ? Ou bien est parce qu’elle a utilisé le mot "vagin" (par ailleurs un terme médical) ?

Le combat de Lisa Brown est juste, son argumentaire aussi. Ce qui m’ennuie, en revanche, c’est la dernière partie de sa phrase-choc : "No means no".

Cette phrase est issue d’une campagne contre le viol menée aux USA et au Canada il y a une dizaine d’années. Des militants républicains locaux ont ainsi attaqué Lisa Brown sur cet aspect de son discours : d’après eux, elle comparerait le projet de loi à un viol. Ce qu’elle a nié.

Sans aller jusque là, je trouve juste que cette dernière phrase n’est pas nécessaire. L’idée même que les hommes soient à ce point frileux sur l’usage du mot "vagina" est délicieusement ridicule et suffit à elle seule à pointer le fait que cette loi ne peut être discutée complètement si on ne peut en parler à haute voix.

Lisa Brown ne s’est pas démontée. Elle a reçu le soutien de nombreuses femmes, politiciennes ou avocates, féministes ou madame tout le monde. Elle a ainsi appelé à un grand rassemblement samedi 16 juin devant la Chambre et a été rejointe par Eve Ensler, féministe activiste et surtout auteure des Monologues du Vagin (1996). La pièce a alors été jouée avec 8 autres femmes politiques.
La vidéo de ce rassemblement :

J’ai lu et relu depuis 15 ans cette pièce et je reste admirative du travail d’Eve Ensler . L’interview et la retranscription des paroles de plus de 200 femmes de tous âges et conditions pour en faire un objet littéraire sur le vagin, ses mythologies, les peurs et les clichés qui entourent "cette chose", "ça", "là en bas". C’est incroyablement fort, universel, ça parle d’amour, de sexe, de politique, de féminisme et de féminité. C’est un livre à relire parce qu’on n’a jamais fini de travailler sur notre vagin.

La pièce est régulièrement jouée depuis 1996 dans le monde par des comédiennes et personnalités féminines.

Une petite vidéo de la pièce de théâtre ici

Que pensez-vous de l’intervention de Lisa Brown ? Avez-vous lu Les Monologues du Vagin ? Ça vous parle tout ça ?


4 réflexions sur “Le V-word / Vaginons tous ensemble

  1. je suis consternée par ce que tu nous racontes, voilà qu’on ne peut plus nommer une partie du corps humain sous prétexte que ce mot choque ces braves gens (certainement nés dans des choux ou dans des roses bien sur!), j’espère pour eux qu’ils n’ont pas mtv alors et qu’ils ne regarderont aucun clip de rhianna et autre star américaine de la chanson à texte! c’est juste complétement stupide!

    • Ah ça, Clochette, comme tu dis ! Le pire étant le décalage et le funambulisme dont font preuve les américains entre les réactions ultra-pudibondes sur certains trucs et le côté "sexe à tout va" pour tout vendre.

  2. Ro mais je suis choquée…Vagin c’est pas un gros mot, faut qu’ils arrêtent d’être aussi débiles quand même! Vraiment c’est nul! si une femme ne peut pas prononcer le mot vagin, c’est comme si elle devait avoir honte d’en avoir un, c’est juste horrible! Mais sinon, bonne soirée à toi :)

    • Bonsoir Elodie, bienvenue ici et merci de ton message.
      Je suis complètement d’accord avec toi sur le fait de ne pas nommer quelque chose revienne à nier ce quelque chose. C’est aussi l’un des propos des Monologues du Vagin.
      SI ce n’est déjà fait, cours l’acheter !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 27 followers

%d bloggers like this: